c'est là ou je fous tout mon bordel
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Easy way out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Uwyn
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 11/12/2016

MessageSujet: Easy way out   Ven 16 Déc - 16:19

<iframe width="500" height="25" src="https://www.youtube.com/embed/M_lyQ-OCIYs" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

<blockquote>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uwnyforumtest.forumactif.com
Uwyn
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 11/12/2016

MessageSujet: Re: Easy way out   Dim 25 Déc - 19:18




Les choses changent.

Tout passe. Rien n'est fixe dans cet univers. Pourtant il essaye, il s'accroche, il bâtit avec du rien ce qu'il peut appeler son rien.

Le mâle blanc levait ses yeux encore très bleus malgré son âge vers la cime des pins. La forêt était recouverte d'un épais manteau blanc et il était difficile d'y distinguer un arbre d'un autre; pourtant il arrivait facilement à s'y réperer. Il remua les moustaches, amusé. La première fois qu'il était arrivé ici, il n'avait jamais traversé d'aussi grande forêt et avait bien faillit y laisser la vie. Il s'était perdu de nombreuses fois par la suite. Drôle pour un voyageur.
Mais la forêt ne lui était plus hostile maintenant. Elle était son alliée.

Et c'est avec un pincement au coeur qu'il songea que maintenant qu'ils étaient devenus amis, ils devaient se séparer. Ses pattes crissaient doucement sur la poudreuse pendant qu'il songeait encore.
Plus rien ne le retenait ici. Et rien n'aurait dû jamais le retenir.
Kaneki avait disparu depuis longtemps maintenant. Il ne reviendrait plus. Abélard n'aurait jamais pu lui rembourser sa dette de vie. La bande de solitaires n'était plus là non plus. Sans doute étaient - ils partis errer sur d'autres terres. Et c'était exactement ce que le vieux mâle avait l'intention de faire, depuis le début.

Il était parti en quête d'aventures, de trésors, de rêves de découverte du monde. Cerfblanc n'était qu'une halte qui n'avait que trop duré.
Abélard s'arrêta, car il arriva finalement au pied du grand arbre qui lui servait d'habitat.

Te voilà vieux frère. le salua t-il, les plis de son visage s'affaissant en un sourire.

Il franchit le rideau de lierre - ce qu'il en restait malgré le froid - qui lui servait de porte et laissa un instant ses yeux s'accoutumer à l'obscurité. Il dénicha rapidement ce qu'il voulait, deux sacoches en cuir trouvées vers la ville, qu'il passa en bandoulière. Les poils en pics sur son poitrail et sa nuque lui indiquait que l'hiver serait rigoureux. Il devait partir maintenant, avant l'arrivée des grands froids.
Les minutes suivantes consistèrent à l'épuration de son arbre. Ses trésors disparaissaient uns à uns dans les amples sacoches qui grossisaient à vue d'oeil. D'abord les choses les plus lourdes : les os, les métaux et les pierres les plus imposantes. Ensuite ce fut le tour de ses trésors les plus délicats : colliers, bracelets, outils inconnus, ambre et plumes.

Il regarda avec un soupir de satisfaction le fruit de son travail. L'intérieur de l'arbre était maintenant dépouillé de toutes ses parures. Seules restaient les marques laissées par la résine qui avaient encore la forme de ce qu'elles avaient collé.

Abélard ressorti. Sa pause à Cerfblanc avait été bénéfique. Il avait amassé beaucoup de trésors et avec lui flottaient les souvenirs des personnes qu'il y avait rencontré.
Mais il n'avait vraisemblablement pas atteint son objectif.

C'était un aventurier qui n'osait pas sortir. C'était un voyageur qui était resté terré au même endroit. C'était une personne libre qui était beaucoup trop attaché à ses possesions. Mais ses chaines étaient en or, alors il laissait faire.

Abélard souffla par le nez. Il n'avait plus d'entraves maintenant. Il fallait partir.

Il recula de quelques pas pour admirer les vestiges de ce qu'il avait bâti. Cet arbre ressemblait désormais à tous les autres. Mais pour lui il était spécial et le resterait.
Le vent qui s'engouffra dans sa fourrure le fit frisonner et agita les pics de son poitrail et sa nuque dans une étrange danse.
Après quelques instants, Abélard abaissa sa tête vers le sol.

Eh bien, souffla t-il, A bientôt peut-être.

Il cilla, car le soleil fit une trouée dans les nuages. Les sapins mugirent, secouant leurs épines qui ne disparaissaient pas. La poudreuse s'éleva en volute autour de lui.
Il était temps.
Les pas d'Abélard crissaient doucement sur la neige tandis qu'il laissait la nature l'engloutir. Il souriait.
Vers de nouveaux horizons.
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uwnyforumtest.forumactif.com
 
Easy way out
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RAVENSDALE ϟ easy come, easy go
» Smoke is easy...
» Easy Recovery
» tuto easy cleaner
» simple question de pilotes qpres install OS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uwny forum test :: WRITING PART :: Drafts-
Sauter vers: